La soupe miso

soupe-miso-4

Les classiques, voilà ce qui est important dans une cuisine. La recette que tu réalises les yeux fermés et que tu apprécies toujours autant. Il y a les classiques français bien sûr : le pot-au-feu (tiens d’ailleurs faudrait que je t’en parle un de ces jours), le bœuf bourguignon ou encore le gratin dauphinois. Mais chez nous, il y en a d’autres, plus exotiques, la soupe miso en fait partie.

soupe-miso-7

Cette soupe japonaise, je ne la connais pas depuis si longtemps : avant de partir au Japon, on en mangeait un peu mais sans plus. Et puis il y a eu la découverte de ce pays, de sa culture et surtout de sa gastronomie. C’est comme ça qu’on a dégusté une soupe miso à quasiment chaque repas, cette soupe étant un des éléments essentiels d’un repas traditionnel japonais. Pour les non initiés, le miso dont on parle est une pâte de soja fermentée, sa couleur varie de beige à brun foncé selon son degré de fermentation. Il est très riche en protéines, au goût incomparable et plutôt salé.

Depuis notre retour (pétard ça fait déjà 2 ans et demi), nous sommes devenus de vrais adeptes de cette cuisine si raffinée (tu as pu t’en rendre compte avec les recettes postées sur le blog). Il fallait donc se pencher sur la soupe miso et ses ingrédients. Il n’y en a pas tant que ça d’ailleurs : de l’algue kombu et de la bonite séchée pour le dashi, de la pâte miso et l’algue wakamé pour terminer. Oula, je sens que je t’ai perdu Germaine ! En gros, pour faire de la soupe miso, tu dois d’abord réaliser un bouillon, le dashi, auquel tu ajoutes la fameuse pâte miso et les algues wakamé.

Si comme moi tu sais bien compter, il te faut donc 4 ingrédients de base pour cette soupe. Tu les trouveras soit en épicerie asiatique, soit en magasins bio. Pour cette soupe, je te recommande d’utiliser du miso rouge, plus charpenté et structurant. La bonite séchée, se trouve principalement dans les épiceries asiatiques sous forme de flocons en sachet. Nous on a opté pour la bonite entière achetée sur place (elle ressemble à un gros bout de bois ^^), que l’on râpe au fur et à mesure de nos besoins. Quant aux algues, elles sont très certainement le produit qui reste marginal pour une bonne proportion de français ! Moi-même j’ai mis un bout de temps à apprécier, alors quand Typhanie m’a parlé du dernier né “Savez-vous goûter les algues ?” de la maison d’édition les Presses de L’EHESP, j’étais emballée, forcément.

soupe-miso-6

soupe-miso-9

On peut faire plein de choses avec les algues : du salé mais aussi du sucré. Là où le bât blesse chez nous, c’est quand un certain M. Rabat-Joie apprend mes projets culinaires, et notamment pour l’utilisation de l’algue wakamé, cette algue riche en fibres, calcium et vitamines. J’avais imaginé la préparer en cannelés avec des pruneaux, mais quand j’ai entendu “euh tu peux en faire un seul pour essayer, et les autres sans pruneaux et sans algues ??”, j’ai changé mon fusil d’épaule et je suis partie sur un de nos classiques que je voulais partager avec toi depuis un moment…

soupe-miso-3

soupe-miso-1

soupe-miso-2

♦ SOUPE MISO ♦

Temps de préparation : 15 minutes

Temps de cuisson : 10 minutes

Ingrédients pour 2 personnes : 700ml d’eau – 20cm d’algue kombu (ces algues sont vendues en grandes “lamelles” de 3-4cm de large, et 20-25cm de long) – 2 cuillères à soupe de flocons de bonite séchée – 1 cuillère à soupe d’algue wakamé – 1 cuillère à soupe de miso rouge

1. Préparer le dashi. Verser l’eau dans une casserole, ajouter l’algue kombu coupée en gros tronçons. Mettre sur le feu, et dès les premiers petits bouillons retirer l’algue (l’eau ne doit pas bouillir). Couper le feu, et verser la bonite séchée. Laisser infuser 5 bonnes minutes. Filtrer le bouillon dans un chinois, le dashi est prêt.

2. Dans un ramequin, verser les algues wakamé, recouvrir d’eau et laisser réhydrater 10 minutes.

3. Dissoudre la pâte miso dans le dashi. Si celui-ci n’est plus très chaud, le faire réchauffer en prenant soin de ne pas le faire bouillir. J’utilise une petite passoire pour que le miso se mélange bien au dashi, sinon on retrouve comme des grumeaux au fond de la soupe.

4. Égoutter, et rincer à l’eau claire les algues wakamé. Les répartir dans 2 bols, et verser la soupe bien chaude dessus.

On peut ajouter à cette base de petits oignons nouveaux, du tofu ou encore des pousses d’épinards.

soupe-miso-10

soupe-miso-8

soupe-miso-5

MOTS CLES : cuisine japonaise, soupe,miso, algues,wakamé,kombu



8 thoughts on “La soupe miso”

  • Cela fait tellement longtmeps que j’ai mangé de la soupe miso !
    Il faut dire que les soupes des restaurants sont rarement bonnes et laissent toujours de la déception sur les visages…
    Il faut dont que je teste de la faire moi-même, plus qu’à acheter des algues ;)

  • J’en vois partout mais je ne connais pas encore cette soupe Miso. Tes photos me donnent bien envie de l’essayer en tout cas car j’aime beaucoup la cuisine japonaise.
    Belle soirée à toi
    Annie

  • J’en ai fait une fois, elle était immangeable ! Il faudrait que je la compare à la tienne pour voir si la tienne serait plus à mon goût ! je ne désespère pas !

  • Céline : merci, bon app’ à toi aussi !
    Rosenoisettes : je ne peux que t’encourager à la faire toi-même, le résultat est incomparable, avec des saveurs qu’on ne trouve qu’au Japon ^^ Il faut juste acheter les 4 ingrédients et après roule ma poule !
    Typhanie : alors ? elle est testée cette soupe ?!
    papillonmyosotis : on se délecte à chaque bol de soupe :)
    By acb 4 you : c’estl’incontournable de la cuisine japonaise, et si c’est une cuisine qui te plait, il faut absolument que tu testes !
    Royal Chill : ah ben rien à voir évidemment ! Une fois que tu as goûté, tu ne peux plus t’en passer ;)
    Lou : immangeable ? c’est un peu sévère comme jugement ^^ comment l’avais-tu préparé ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *